Des chantiers pour faire monter le débit

Aucun commentaire

Améliorer sensiblement le débit : c’est un enjeu majeur du plan numérique ornais (PNO) pour les habitants mal desservis. Partout dans l’orne, à partir de 2014, s’engagent des travaux sur le réseau téléphonique. ils concerneront 30 000 ornais d’ici 2017.

 

Il en du très haut débit internet comme des autoroutes : il peut passer près de chez vous, mais s’il n’y a pas d’échangeur, vous n’y avez pas accès.” Alain Lambert, Président du Conseil général, illustre ainsi le sens des opérations qui vont démarrer au 1er semestre 2014, pour faire ” monter en débit ” les foyers ornais.
graph1Au programme, des chantiers qui vont relier en fibre optique ces échangeurs que sont les centraux téléphoniques, à des sous-répartiteurs, ces “armoires” d’où partent les lignes vers les habitations. Dix premiers sous-répartiteurs sont concernés, représentant 1623 lignes privées. Exemple avec la commune de Semallé, où une nouvelle armoire (environ 4 m³) va recevoir la fibre. La majorité des habitants de ce village, pourtant à huit km d’Alençon, dispose d’un débit faible, pas plus d’un Mégabit par seconde (Mbit/s). Après les travaux, ce débit va fortement augmenter, avec quand même des variations selon la distance entre son logement et le sous-répartiteur. À proximité, c’est du 18 Mbit/s, alors qu’à trois kilomètres on descend à 8 Mbit/s.

Le réseau téléphonique, par où circulent les données numériques de l’Internet, est composé de tuyaux de diamètres différents, dans lesquels on ne peut pas faire passer les mêmes quantités d’informations. Le plan de ” montée en débit”, engagé par le Conseil général de l’Orne dans le cadre du Plan numérique ornais (PNO), vise donc à augmenter la taille de ces tuyaux le plus près possible des foyers, notamment en zones rurales. Pour 2014, l’objectif est de traiter ainsi près de 50 sous-répartiteurs prioritaires, pour lesquels on dénombre au moins 150 lignes mal desservies.
D’ici 2017, les 109 sous-répartiteurs France Télécom du Département auront été traités, soit environ 30 000 Ornais concernés, qui bénéficieront d’une meilleure desserte.

Les travaux portent sur la pose de fibre optique pour “booster” le réseau cuivre, entre les centraux téléphoniques et sous-répartiteurs. Pour réaliser ces opérations, le Conseil général de l’Orne a lancé un appel d’offres en novembre 2013. Le choix des entreprises attributaires est effectif en ce début d’année. Ces dernières devront avoir des compétences d’opérateurs, pour poser de la fibre optique en aérien ou en filaire, donc avec parfois des interventions de génie civil (tranchées, notamment). En moyenne, la longueur des tronçons à équiper avoisine les cinq kilomètres, avec parfois des obstacles à franchir : ici une route nationale, là une voie de chemin de fer… Il faudra donc patienter souvent de trois à six mois pour les travaux sur chaque sous-répartiteur, plus un délai d’activation de plusieurs mois chez l’opérateur de télécommunication.

graph2

 

Consulter la carte des premiers travaux