La Chapelle-Près-Sées passe au Très Haut Débit

Aucun commentaire

Lundi 12 octobre, à La Chapelle-Près-Sées, Alain Lambert, président du Conseil départemental de l’Orne, a inauguré, en présence de Marc Maouche, délégué Orange Basse-Normandie, l’un des 10 sous-répartiteurs téléphoniques prioritairement reliés à la fibre optique, dans le cadre du Plan numérique ornais (PNO), afin d’améliorer le débit Internet des usagers.

IMGolokm_5719Pas moins de 139 des 155 lignes de La Chapelle-Près-Sées sont concernées par cette montée en débit ; elles bénéficient désormais d’un
accès Très haut débit (supérieur ou égal à 8Mb/s) et peuvent recevoir la TV via leur ligne téléphonique.
Le Plan numérique ornais, voté par le Conseil départemental de l’Orne, prévoit le fibrage de 109 sous-répartiteurs téléphoniques, comme celui de La Chapelle-Près-Sées, d’ici fin 2017. Pas moins de 16 000 foyers en bénéficieront. Le coût global de l’opération est chiffré à plus de 20 millions
d’euros.
L’objectif est d’améliorer l’offre de services numériques aux foyers des secteurs ruraux, de permettre aux entreprises et aux services publics d’accéder à des moyens de communication performants.

Qui va bénéficier de la montée en débit ?

Le Département a choisi un déploiement progressif de la fibre optique, suivant ses capacités financières et celles des collectivités, en cohérence avec les schémas numériques national et régional, et en complémentarité avec les investissements des opérateurs privés.
Dans les grandes agglomérations, la fibre optique arrivera jusqu’à l’abonné.
Dans les petites villes, l’équipement des centraux téléphoniques permet déjà d’offrir du haut et du très haut-débit à la majorité des habitants agglomérés.
Dans l’espace rural, pour assurer la montée en débit, la première phase du PNO consiste à prolonger la fibre optique depuis les centraux ou noeuds de raccordement d’abonnés (NRA) jusqu’aux 109 sous-répartiteurs téléphoniques (armoires) desservant les communes. Le recours à la fibre permet de booster les lignes téléphoniques : dans le bourg et ses abords, on passera du haut débit au très haut-débit ; plus loin, du bas débit (ou pas de débit) à un débit plus confortable. C’est la première étape, purement technique et publique.
Orange a été choisi par le Département, après un appel d’offres, pour équiper les sousrépartiteurs téléphoniques. A chaque nouveau sous-répartiteur équipé, Orange a obligation d’informer les autres fournisseurs d’accès à internet FAI (Numéricable, SFR, Bouygues, Free) présents sur le noeud de raccordement « abonnés » (NRA), situé en amont du sous-répartiteur, pour qu’ils puissent, s’ils le souhaitent, utiliser eux-aussi la fibre arrivant au sous-répartiteur. Un délai de 13 semaines leur est laissé avant la mise en service du sous-répartiteur.

Et pour les autres ?

La première étape du PNO va conduire à une amélioration de service pour 16 000 lignes téléphoniques en milieu rural. Les abonnés trop éloignés des sous-répartiteurs téléphoniques doivent utiliser des technologies alternatives : le réseau hertzien WIMAX (contact Ozone : 09 73 01 10 00), la boucle locale radio percheronne (BLR, contact R’LAN : au 02 43 82 97 82), le kit satellite (parabole). Le réseau cuivré ne leur fournissant pas l’ADSL (débit inférieur à 2Mbit/s), le Conseil départemental de l’Orne subventionne les particuliers, collectivités et entreprises pour la prise en charge des frais d’accès à Internet (achat et installation des kits de connexion à l’Internet, par satellite ou par boucle locale radio).

Priorité pour 10 sous-répartiteurs

Dans le cadre du PNO, le Département a programmé en priorité, à titre expérimental, le fibrage de dix sous-répartiteurs (SR) téléphoniques. A Semallé (280 000 €), Berjou (251 000 €), La Chapelle-au-Moine (102 000 €), Bazoches-au-Houlme (220 000€) et Chaumont (289 000 €), les travaux sont achevés.
A La Chapelle-près-Sées (238 000 €), le sous-répartiteur fibré est inauguré ce lundi 12 octobre.
À Echauffour (107 000 €), Frênes (158 000 €), Saint-Ellier-les-Bois (246 000 €), Le Pas- Saint-L’Homer (238 000 €), la mise en service doit intervenir avant la fin de cette année.
Grâce à la montée en débit de ces 10 sous-répartiteurs, 1 345 lignes (sur les communes concernées et périphériques) vont accéder à l’Internet haut débit.
Cette opération de fibrage optique est pilotée et préfinancée par le Conseil départemental de l’Orne, avec le concours de la Région Basse-Normandie (subvention attendue de 34%) et de l’État (subvention attendue de 39%). Dans le cadre de ces travaux, le Département, maître d’ouvrage, mutualise au maximum les infrastructures existantes (souterraines et aériennes).

99 autres sous-répartiteurs fibrés d’ici fin 2017

En juin, le Conseil départemental de l’Orne a lancé toutes les études d’exécution pour la modernisation des 99 sous-répartiteurs restants.
Lors de sa session du 3 juillet 2015, le Conseil départemental de l’Orne a voté 2 millions d’euros de crédits supplémentaires pour 2015, afin d’accélérer les travaux et achever avec un an d’avance la mise en oeuvre du programme de montée en débit, c’est-à-dire fin 2017.
Le coût de la montée en débit des 109 sous-répartiteurs est évalué à 20 millions d’euros.
L’opération sera financée à parité entre le Conseil départemental et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), après déduction des subventions obtenues de la Région et de l’Etat :
-État (fond national pour la solidarité numérique) : 7,8 M€
-Région Basse-Normandie : 6,9 M€
-Conseil départemental de l’Orne : 2,9 M€
-EPCI de l’Orne : 2,4 M€ (pour les 99 SR restants, les 10 premiers étant financés
sans participation des EPCI ou communes).

Enjeux du Plan numérique ornais :

  • améliorer l’offre de services aux particuliers situés en territoire rural ;
  • développer l’économie et les services publics sur le territoire (ZA, entreprises
  • isolées, télétravail, santé, éducation, culture …).

La 1ère phase du PNO (2015-2017)
109 sous-répartiteurs (SR) équipés en fibre optique pour améliorer le débit numérique de 16 000 lignes d’abonnés.
Coût : 20 M€ répartis entre le fond national pour la solidarité numérique (État : 7,8 M€), la Région (6,9 M€), le Département (2,9 M€) et les Communautés de communes ornaises (2,4 M€ pour 99 SR, les 10 premiers SR étant financés par le Département, sans solliciter les communautés de communes ou communes).

Alain Lambert, Président du Conseil départemental de l’Orne :

« Le numérique, partout dans nos vies ! »
« Etudes, travail, loisirs, gestion du quotidien, simplification des démarches administratives : le numérique est partout dans nos vies, quel que soit notre âge.
Aujourd’hui, lorsqu’une famille choisit de s’installer dans une commune, elle ne se préoccupe pas seulement de la proximité avec une école, des services
publics, des axes routiers, elle souhaite un débit Internet de qualité qui lui permette d’être reliée au monde entier ! »

« Une feuille de route audacieuse et pragmatique »
« Nous avons adopté une feuille de route audacieuse et pragmatique en lançant la montée en débit Internet sur l’ensemble du département : 109 répartiteurs seront ainsi équipés en fibre optique d’ici 2017. »